Inhalt in einem eigenen Fenster anzeigen

- un jeune cratère météoritique dans le vieux paysage volcanique du Nicaragua?

Par Leo Kowald (Dipl. Math.), Gelsenkirchen, Allemagne en avril 2006

Extrait (2006): .

  • Le "Cratère de Pantasma" au Nicaragua ne semble pas jusqu'ici être remarqué par la science.
  • Une origine volcanique est facile à comprendre, mais pas sûr (y a-t-il des preuves non-publiées?).
  • Sans la proximité volcanique une origine météoritique serait certain.
  • Une recherche ponctuelle des pierres d'impact typiques (Cônes de choc, Suevites, Tectites) n'a pas encore eu lieu.
    Annexe 2009:
  • Une Expedition d' Astronomes nicaraguaines en juillet 2009 a confirmé l'hypothèse d'un impact.
    Annexe 2010:
  • Le geologe Jean H. Cornec (Denver, E.U.) a trouvé des Tektites d'un àge de 800.000 ans en Belize, 500 km nord-ouest de Pantasma!
    Vue sur le Cratère de Pantasma du nord, Source : earth.google.com
    En février de l' année 2006 je voyageais pour deux semaines à travers le Nicaragua avec "Pan y Arte", une organisation d'un acteur autrichien Dietmar Schönherr, qui soutient des projets culturels comme la "Casa de los tres Mundos" à Granada et "Musica en los Barrios" à Managua. Quand je préparais ce voyage, je me suis aperçu occasionnellement pendant un "vol" avec "Google-Earth" sur le paysage au nord du Nicaragua une vallée circulaire d'un diamètre de plus de 12 km (avec les coordonnées 13°22´ Nord et 85°57´ Ouest).

    Le Nicaragua, un pays avec environ 5,5 millions d'habitants, se trouve au milieu du pont continental centraméricain et fait partie de la "Plaque Caraïbe" géologiquement assez jeune, qui était créé par des mouvements des plaques nord- et sud-américains il y a environ 140 à 70 millions d'années. Le long de la côte pacifique très peuplée il y a du volcanisme actif en forme d'une chaîne de volcans, caldeiras et lagunes, qui est causé par la subduction du fond marin pacifique (Plaque de Cocos) sous la Plaque Caraïbe. Dans cette zone, il y a souvent des séismes violents, dont un a détruit presque complètement le 23.12.1972 la métropole Managua. L'est s'incline légèrement à l'Océan Atlantique. La partie centrale et nord du pays prend une montagne d'un hauteur de jusqu'à plus de 2000 m, qui était créée par des activités volcaniques dans le Tertiaire (temporellement après l'impact des Chicxulub au Mexique il y a 65 millions d'années).
    Plan du Nicaragua, Source: www.ineter.gob.ni
    Là, 60 km au sud de la frontière hondurienne, se trouve cette vallée circulaire, la Vallée de Pantasma. Il est traversé du sud au nord par le "Rio Pantasma", un affluent du "Rio Coco". Au milieu se trouve l'agglomération de "Las Praderas", le lieu principal de la municipalité de "Santa Maria de Pantasma" avec ses environ 40 000 habitants dans le département de Jinotega. La vallée pauvre mais fertile est exploitée par des cultures de maïs, de café, d'haricots, de cueillette des fruits et d'élevage de bétail.
    Marche de la paix au Nicaragua, Source: Mark Becker, 1986
    La place est tristement connu dans le monde pour le ""Massacre de Pantasma"" du 18 octobre 1983, lors duquel les terroristes de la CONTRA, un groupe anti-sandiniste, financé et armé par le gouvernement étasunien sous Ronald Reagan, ont assassiné 47 hommes, femmes et enfants lors d'un assaut sur les coopératives agricoles de la vallée. Exactement 3 années plus tard, le 19 octobre 1986, une mine terrestre de la CONTRA à détruit un camion sur la rue principale de Pantasma à Jinotega et à tué 11 et mutilé 33 civils. Le 23 mars 1987 des membres étasuniens du "First Veterans Peace Action Team", conduit par le vétéran du Vietnam S. Brian Willson, ont commencé une marche de la paix d'une semaine sur cette route traversant la vallée de Pantasma, pour attirer l'attention mondiale sur la terreur de la CONTRA, particulièrement cruelle dans cette étendue de pays (*1). Les mines terrestres sont entre-temps évacuées dans cette région et la guerre est définitivement terminée depuis longtemps. Mais il faut prendre des précautions et l'aide d'un guide, quant on veut y voyager.
    Vue sur le Cratère de Pantasma, Source: earth.google.com
    Le sol circulaire de la vallée monte vers SSO de 400 m à plus de 500 m. Devant la percée du Rio Pantasma au nord de la vallée, une plaine s'est formé qui paraît comme une flaque dans une cuvette plate sur une table oblique (voir l'image de Google trois fois surélevé ci-contre). À cause de cette inclinaison la découpe de 500 m croise le sol de la vallée, c'est pourquoi sa forme circulaire souvent n'est pas visible dans des cartes.

    Dans l'est, le sud et l'ouest, le cercle est débosselé légèrement ce qui est lié manifestement aux ravins bien reconnaissables au bord de la vallée et à leurs dépôts de débris correspondants aux pieds des sommets, entourant les plus élevés. La vallée interrompt le flanc d'un plateau de 1000 m de haut, qui descend quelques 100 m en direction NE, où la pente du sol de vallée montre également.

    Image d'ombre du Cratère de Pantasma,
    Source: Dr. Wilfried Strauch, cliquer: Google-Earth-Overlay

    Cratère de Goat Paddock, Australie
    Space shuttle Image STS 17-4107-1228


    Mon voyage ne me conduisait pas à la proximité du cratère et je ne le pouvais regarder que par "Google Earth", des cartes et cette belle image colorée, que m'a envoyé amicalement Dr. Wilfried Strauch, le directeur de l'institut géophysique INETER (Managua, Nicaragua). Sur cette base, sans doute encore insuffisante, je crois en tant qu'astronome laïque, qui a déjà vu beaucoup d'images de cratères d'impact et volcaniques sur les lunes et les planètes du système solaire, que la vallée a été causée manifestement par un impact d'une météorite. Selon le règle "diamètre du cratère par 20" la météorite devrait avoir un diamètre de plus de 500 m. Je qualifierais le cratère une copie d'échantillon d'un cratère d'impact, si le levage central ne manquait mas, qui ne peut souvent toutefois être trouvé pas dans les grandes cratères (plus de 5 km). Il peut aussi déjà être couvert par des sédiments dans ce secteur pluvieux. À une distance de 10 km hors du bord du cratère se trouvent quelques collines qui pourraient être relié à un anneau d'éjection qui ne peut toutefois pas être reconnu clairement dans ce terrain montagnard. Son positionnement dans le paysage ressemble de façon déconcertante à celui du cratère de météorite de Goat Paddock en Australie (5 km diamètre et d'un âge de moins de 50 millions d'années). La dimension et la forme du cratère rappellent fortement au cratère du Lac Bosumtwi dans le Ghana avec un diamètre de 10 km et d'un âge de un million d'années.
    Lac de Bosumtwi, Ghana
    Source: Dr. Carlos Roberto de Souza Filho
    Cratère d'impact typique sur Mars
    Source: Mars Global Surveyor


    Le Cratère de Pantasma remplit toutes les conditions extérieures d'un cratère météoritique. Je trouve, à côté de sa forme circulaire, que l'inclinaison légère de son sol en direction de l'inclinaison spacieuse du paysage est remarquable. Sa situation paraissant arbitraire correspond à la caractère fortuite d'un impact de l'extérieur. Je constate que seulement son apparence surprenant montre, qu'il n'a pas nécessairement à faire quelque chose avec les structures volcaniques tout à fait existantes dans la région; il tombe simplement hors du cadre. Il doit être beaucoup plus jeune comme ses environs. Son bord relativement étroit au nord ne paraît non plus comme un bord d'un effondrement d'une caldeira. À mon avis seulement une évènement explosive il y a 1 à 2 millions d'années peut être responsable pour sa naissance, une éruption plus violente que les explosions de Krakatau, Tambora et du Lac de Laach ( ⇒ Wikipedia "Caldeiras explosifs"). Mais selon R. Weyl la phase du volcanisme actif se soit terminée dans cette région déjà il y a plus de 5 millions d'années (volcanisme tertiaire). Je dois toutefois accorder, que je ne possède pas assez connaissance géologique pour pouvoir estimer sûrement la probabilité d'une naissance volcanique. (*2)
    Region de Las Praderas (Pantasma), Source: www.ineter.gob.ni
    Malgré des investigations intensives je n'ai trouvé aucune trace d'un "cratère" ou "caldeira" de "Las Praderas" ou "Pantasma" au Internet. Dans le livre déjà assez âgé "La géologie de l'Amérique centrale" de Richard Weyl (ISBN 3-443-11001-0) la vallée n'est pas mentionnée. Au contraire du volcan "Las Lajas", (qui est situé 120 km plus au sud et qui est considéré comme ""le plus grand volcan de l'âge quaternaire à l'est du fossé nicaraguayen"" avec sa caldeira seulement demi si large) on ne peut pas trouver le "Cratère de Pantasma" dans les listes pertinentes d'objets volcaniques. En outre notre guide nicaraguayen très compétent n'a également su rien de ce sujet. Au contraire aux autres cratères il ne fait partie d'une des deux chaînes de volcans (le jeune au sud-ouest et le plus ancien au nord-est du graben nicaraguayen). Il me semble, que le cratère n'est pas été noté du tout par la communauté internationale scientifique jusqu'ici. Seulement Dr. Strauch de l'INETER m'a écrit, qu'il l'avait déjà noté, mais ses géologues pensent, qu'il soit volcanique.

    Bien que les météorites sont assez indifférents à la constitution géologique de leurs cibles, il est quand même facile à comprendre, que, à cause de la volcanisme proche, il ne s'agisse que d'un objet volcanique extraordinaire. Mais il me semble, que, jusqu'ici, il n'existe pas encore dans la littérature scientifique, bien qu'il devrait aussi être un objet volcanique assez intéressant. Je crois, que les géologues nicaraguayens n'ont pas simplement du temps pour des questions moins essentielles que l'étude des activités volcaniques et séismiques pour prévenir des catastrophes.
    Vue au Cratère de Pantasma de haut, Source: earth.google.com
    La question "volcanique ou météoritique" peut être décidée seulement par des géologues au moyen des minéraux (Cônes de choc, Suevites, Tektites), qu'on doit chercher sur le terrain là. Par conséquent, il serait fantastique, si un professionnel se mise en route bientôt pour répondre cette question!

    À propos fantastique: Pantasma signifie petit homme ou tête plate dans la langue Misquite. Le mot Galicien pantasma (Espagnol: fantasma) vient du grec Phantasma et signifie fantôme ou image de tromperie! Pourrais-je quand même n'être que trompé par un phantasme?

    Las Praderas google satellite maps


    Chers visiteurs,

    si vous avez des questions, de la critique ou des incitations, veuillez ne pas hésiter de m'envoyer un Mail!


    Notes en bas de page:
    *1) Video Clip de S. Brian Willson, 9 minutes (2.3MB): http://www.peace.ca/brianwillson.wmv. S. Brian Willson, qui a organisé la marche de la paix, est un vétéran du Vietnam. Il a perdu ses jambes quand un train de la marine, transportant des armes destinées pour l'Amérique centrale, lui a dépassé intentionnellement à Concord (Californie). Brian est un des activistes les plus spirituels, courageux et honnêtes qui fait la paix contre un politique étrangère violente; En Amérique centrale il est un héros où les gents comprendent qu'il s'est levé pour leurs droites en tant que ètres humains égal. Brian dit qu'il ne veut pas, que mères et pères et enfants sont tués et mutilées dans notre nom et avec du notre argent d'impôts ! Le Chanteur et acteur Kris Kristofferson lui donne une introduction spéciale. Le site Web de Brian: http://www.brianwillson.com comporte son autobiographie et des séries d'essais qu'il a écrit. Je vous recommende de visiter son site et de lire tous qu'il vous présente là!
    *2) Le soubassement du Nicaragua septentrional n'a pas cessé de poser des problèmes stratigraphiques. Au point de vue pétrographique et sédimentologique, des tuffites (en majorité basiques, en partie aussi intermédiaires et acides) prennent une certaine importance comme horizons-repères pour la cartographie géologique. Leur grande extension observée à l'échelle régionale permet de conclure que la série des couches du soubassement est très uniforme et ne doit pas appartenir à différentes formations. Au point de vue structural, cette région se montre extrêmement compliquée. Le déversement des plis et des chevauchements est dirigé surtout vers le Nord, en partie aussi vers l'Est. La «formation de Totogalpa» (fanglomérats, conglomérats et grès, pour la plupart rougeâtres), discordante sur le socle décrit plus haut, appartient selon moi à la série des tuffites, agglomérats, laves etc. du Tertiaire, étant donné qu'ils constituent une suite concordante uniforme. La relation est moins claire entre ce «soubassement» et le Crétacique inférieur qui lui est immédiatement associé vers le Sud-Est (Alb marin; «Metapan») et qui est intensément quoique confusément plissé dans la région de Siuna; il semble cependant peu influencé métamorphiquement. Les couches marines du Nicaragua méridional allant du Crétacique supérieur au Miocène, affectées seulement par une très faible orogenèse (déversement des plis vers l'E et le N) se rattachent au Nord du pays par une série épaisse de roches volcaniques tertiaires et quaternaires (plutôt marines au début, ensuite continentales). A côté des linéaments de direction NW/SE (dépression du Nicaragua, lignes volcaniques, direction de la côte au SE etc.), apparaissent actuellement des linéaments de direction NS (allure de la côte à l'Est), par exemple dans la «crête de granite de Susucayan» et dans les accidents associés qui ont contribué éventuellement à la flexure de la dépression du Nicaragua, au Nord-Ouest de Managua. (Selon "Geologische Problematik und Strukturanalyse Nikaraguas" par Bruno Engels, 1965)

    Sources:
    Richard Weyl: "Die Geologie Mittelamerikas", Borntraeger, 1961 (ISBN 3-443-11001-0)
    International Journal of Earth Sciences, Springer 1960 (ISSN: 1437-3254)
    Bruno Engels: "Geologische Problematik und Strukturanalyse Nikaraguas". Geologische Rundschau 54(2) 1965
    „Sterne und Weltraum“, Heft Mai, Juli 2006
    INETER, Managua, Nicaragua
    Carte topographique 1:50.000 Quisuto (Cratère-NO)
    Carte topographique 1:50.000 Las Praderas (Cratère-NE)
    Carte topographique 1:50.000 San Rafael del Norte (Cratère-SO)
    Carte topographique 1:50.000 Asturias (Cratère-SE)
    Carte topographique 1:50.000 Jinotega
    Köberl and Sharpe: Review of impact cratering
    Calculateur de Cratères
    www.steinheimer-becken.de
    www.mineralienatlas.de
    University of Texas: Caribbean Plate Project
    NSF press release 96-009
    Doxler, Cunningham: An Ocean Drilling Journey, RICE University
    Raik Bachmann: The Carribbean Plate and the question of its formation
    Earth Impact Database
    "Creen que un meteorito formó valle de Pantasma" La Prensa (Nicaragua) 30.1.2009
    "A METEORITE FORMED PANTASMA?" in Envio.Org Sept.2009, ASTRONIC Expedition Pantasma-Valley July 2009

    Günther Weber: "Die trotzigen Mühen um die Freiheit" Nicaraguas Bauern kämpfen um ihr Land. Berichte aus dem Tal von Pantasma, Edition Nahua, 1986
    Equipo Envio: "Pantasma: las cooperativas, blanco de la contrarrevolución"
    Equipo Envio: "Una guerra contra el mundo"
    Bernadette Schiefer: "Nicaragua: Requiem für eine Revolution", 2004
    Letter from Members of the First Veterans Peace Action Team (VPAT) to U.S. Ambassador to Nicaragua, Harry Bergold, March 19, 1987
    Mark Becker: "Walking through the New Nicaragua", 1986


    Sources:
    A NEW TEKTITE STREWN FIELD DISCOVERED IN WESTERN BELIZE
    Pan y Arte, Münster
    Casa de los Tres Mundos, Granada, Nicaragua
    ORO Travel, Managua, Nicaragua
    Nicaragua-Forum, Heidelberg
    Maria Mies: "Globalisierung von unten, Widerstand und neue Perspektiven", 2001
    Die Reagan-Doktrin: Third World Rollback
    S. Brian Willson: „On Third World Legs“, 1992; How the U.S. Purchased the 1990 Nicaragua Elections
    Richard Leonardi: Los Campesinos

    NASA Basic Science Studies II: Impact Cratering
    Terrestrial Impact Craters
    List of Terrestrial Impact Crater Structures
    Heiner Sidler: Glas aus Meteoriten-Einschlägen

    Wikipedia.fr: Pantasma
    Google Maplandia: Las Praderas
    Google Earth Placemark "Pantasma valley"
    Google Earth Community

    Imprinte